auteur, metteur en scène

Garance Dor

Quelle est la rencontre artistique qui t’a marquée ?

Cela dépend si l’on parle de la rencontre avec une œuvre ou avec un artiste… Les trois derniers spectacles qui m’ont enthousiasmée : Ma vie de Grand magasin, Isidora Duncan de Christophe Fiat et Gonzoconférence de Fanny de Chaillé. Mais je suis aussi très touchée par des travaux de plasticiens ou de performers comme Chris Burden, Sophie Calle, Cindy Sherman. Par rapport à l’écriture, ma rencontre avec Didier-Georges Gabily a été déterminante. J’étais comédienne à l’époque et c’était la première fois que j’étais confrontée au travail d’un auteur-metteur en scène. C’était une sensation forte d’éprouver directement l’écriture de celui-ci, l’auteur remaniant le texte et la scène à mes côtés.

Comment définis-tu ton travail artistique avec les comédiens amateurs ?

Pour moi la notion de groupe, de collectif, est primordiale au théâtre. Que ce soit avec des amateurs ou avec des professionnels, le théâtre est avant tout une aventure collective dont la matière première est l’humain. On travaille à la rencontre. Il n’y a pas qu’un seul théâtre, il y en a autant que de personnes le pratiquant, mon envie est celle de transmettre une approche contemporaine liée au texte et à l’espace.

Une (courte) citation qui te plait ?

Je suis très mauvaise en citation. Godard : « pas une image juste, juste une image ». Et Angie (ex compagne de David Bowie ayant aussi couché avec Mick Jagger) : « les filles sont nulles en maquillage ». J’ai un fort penchant pour la culture pop.

Courte biographie

Je suis née à Paris en 1979. J’ai une formation de comédienne et de plasticienne. J’ai créé en 1999 la compagnie projetcollectif. Depuis j’écris et conçois des spectacles, des installations ou des performances dans des théâtres et des galeries d’art. Je collabore pour ces créations avec d’autres artistes issus de la danse, de la musique, du théâtre ou des arts plastiques. Je vis à Rennes depuis 2005, travaillant régulièrement comme collaborateur artistique auprès de Stanislas Nordey à l’école du Théâtre National de Bretagne.

[‹] retour à « l’équipe »